• Petit soldat


     


    Et les pieds dans la boue les joues pleines de terre


    Tiraillé par la peur le bras tremblant sous l'arme


    Qui ne peut s'actionner dans le brouillard des larmes


    L'enfant meurtri s'élance et traverse la guerre 


     


    Entouré de violence escorté par la crainte


    Il se décide enfin et tire les yeux clos


    Tressaillant à son cri son âme en mille morceaux


    Puis se jette à l'abri au milieu des complaintes 


     


    Sans aucune émotion il comprend qu'il a mal


    Il rentre dans le rang parmi ses camarades


    Touchant timidement la grande estafilade


    Ténèbre de pourpre sur son petit corps pâle 


     


    Et tombé dans la boue les joues creusées d'enfer


    Apaisé par la mort loin de son cauchemar


    Qui se poursuit sans lui guidé par le hasard


    L'enfant sourit et dort dans un jardin d'hiver.


    votre commentaire
  • FILM A VOIR !


    Oui je sais le titre fait rire, et à raison, on a pas idée d'appeller son fils Jacquou ! Mais enfin le nom ne fait pas tout et ce film mérite d'être vu et même acheté (dès que dvd il y aura), pourquoi ?


    Premièrement parce que l'histoire est magnifique ! Jacquou jeune paysan perd père et mère à cause de la cruauté d'un homme. Il y a dans ce film cette magnifique confrontation entre l'égoïme, l'orgueil, l'honneur, la justice, les valeurs morales. Cette danse des passions et des personnalités nous entraine. C'est ici une magnifique (j'adore cet adjectif) peinture de ce que peut être un homme.


    Deuxièmement la qualité esthétique ! Elle est omniprésente, chaque plan est poème. Ce sont des tableaux des quatre saisons qui s'enchaînent. La neige qui tombe dans le noir, la lune qui tournoit. Chaque plan est beau et tant mériteraient de finir encadrés et accrochés cérémonieusement dans le salon !


    Troisièmement : parce que ce n'est que la réalité : les acteurs sont beaux. Jacquou enfant (Léo Legrand) est beau, Jacquou grand (Gaspard Ulliel) est beau, biensûr les deux premiers rôles féminins aussi, Lina (Jacquou's girlfriend)(Judith Davis) est belle, jeune et fraiche, La Galliote (Bojana Panic) dégage une présence subjuguante, mystérieuse, séductrice, mais les autres personnages aussi sont porteur de cette beauté, des parents de Jacquou à la petite amie de l'ami de Jacquou (Malik Zidi) qui lui même est fort mignon, même le prêtre à la classe  et est très attachant.


    Enfin voilà, c'est un petit pladoyer en faveur de ce film pour que vous alliez le voir, cela fait un moment que l'on n'avait rien posté, j'essais de me rattraper.   


    votre commentaire
  • La petite fille est une guerrière
    Elle joue à ce qu'il ne faut pas faire
    Contre les dragons, elle frappe les yeux fermés
    Avec son sabre, attaque les cavaliers
    Sur un cheval en Mandchourie
    C'est dans la plaine qu'elle y sévit.

    Le baron fou est un tyran
    Il pille, il tue les paysans
    Et ses bandits ont volé l'or du Sin Kiang
    Elle décida d'y mettre le chaos Kao Bang
    La guerre fit rage jusqu'au matin
    La ville tomba entre leurs mains

    Kao Kao Bang
    Kao Kao Bang
    Kao Kao Bang
    Kao Kao Bang

    Et dans le ciel elle est si belle
    Quand elle sourit sur le soleil
    Avec son sabre, défendra son village
    Et les dragons les mettra dans une cage
    La petite fille est une guerrière
    Elle joue à ce qu'il ne faut pas faire

    Kao Kao Bang
    Kao Kao Bang
    Kao Kao Bang
    Kao Kao Bang


     


    Parce que avec réflexion je trouve cette chanson trop mimie.


    votre commentaire
  • (si des scientifiques passent par là, le prenez pas mal, c'est venu tous seul, mais c'est pas contre vous^^)


     



    Parmi des milliers d'ouvrages à l'odeur du temps,


    Légèrement couverts de poussière de fée,



    Reliés d'or et de cuir, incrustés de diamants,


    Elle sommeille, égarée dans la voie lactée, 



     



    L'innocente princesse aux mille et unes lettres.



    Fille de la pensée, de la plume et du vent,



    Souveraine des mots n'admettant aucun maître



    Si ce n'est l'orthographe, aujourd'hui son amant. 



     



    Dans les bras de la Lune, au milieu des étoiles,



    C'est de là, dans le ciel, que naît l'inspiration,



    Volupté infinie portée par des rafales,



    Venues d'autres mondes tous peuplés de passion. 



     



    Comme un signal, minuit sonne de tout son poids ;



    Paupières dévoilent des yeux incolores,



    Glissants sur les ouvrages, effectuant leur choix,



    Et s'arrêtant enfin sur un livre de sorts. 



     



    Etre frêle, elle le saisit du bout des doigts,



    Inspire longuement, le serre sur son cœur,



    Ferme les yeux, par peur de voler en éclats,



    Et, douloureusement, aspire sa noirceur. 



     



    C'est ainsi chaque jour, toujours un peu plus fort,



    La science la poignarde et son sang se répand,



    Abattant son amour, la poussant vers la mort,



    Car les chiffres, on le sait, sont de vils combattants. 



     



    Bientôt elle ignore qui sont ses ennemis,



    Prise dans un tourbillon de lettres, de nombres,



    Car quelqu'un a glissé dans tout ce qu'elle le lit



    Une traînée de science qui rend tout si sombre. 



     



    Ce soir donc, elle donne un grand banquet d'adieu,



    Mais tout, dans son monde, souhaite la retenir,



    Attrapant ses cheveux et colorant ses yeux,



    Ne demandant pas mieux que de la voir sourire. 



     



    Consonnes et voyelles se pressent autour d'elle,



    La poésie l'étreint dans une valse folle,



    Hélas la princesse se sent déjà des ailes,



    Magicienne des mots, voilà qu'elle s'envole.




    votre commentaire
  • Hand in mine, into your icy blues
    And then I'd say to you we could take to the highway
    With this trunk of ammunition too
    I'd end my days with you in a hail of bullets

    I'm trying, I'm trying
    To let you know just how much you mean to me
    And after all the things we put each other through and

    I would drive on to the end with you
    A liquor store or two keeps the gas tank full
    And I feel like there's nothing left to do
    But prove myself to you and we'll keep it running

    But this time, I mean it
    I'll let you know just how much you mean to me
    As snow falls on desert sky
    Until the end of everything
    I'm trying, I'm trying
    To let you know how much you mean
    As days fade, and nights grow
    And we go cold

    Until the end, until this pool of blood
    Until this, I mean this, I mean this
    Until the end of...

    I'm trying, I'm trying
    To let you know how much you mean
    As days fade, and nights grow
    And we go cold

    But this time, we'll show them
    We'll show them all how much we mean
    As snow falls on desert sky
    Until the end of every...

    All we are, all we are
    Is bullets I mean this
    [x4]

    As lead rains, will pass on through our phantoms
    Forever, forever
    Like scarecrows that fuel this flame we're burning
    Forever, and ever
    Know how much I want to show you you're the only one
    Like a bed of roses there's a dozen reasons in this gun

    And as we're falling down, and in this pool of blood
    And as we're touching hands, and as we're falling down
    And in this pool of blood, and as we're falling down
    I'll see your eyes, and in this pool of blood
    I'll meet your eyes, I mean this forever


    traduction :

    La main dans la mienne, dans tes blues glacials
    Et je te dirais que nous pourions prendre l'autoroute
    Avec ce tronc de munitions aussi
    Je finirait mes jours avec toi dans une grêle de balles

    J'essaye, j'essaye
    De te faire savoir juste combien tu compte pour moi
    Et après toutes les choses que nous nous sommes mis en travers et

    Je voudrais aller jusqu'au bout avec toi
    Un ou deux magazin d'alcool maintient le reservoir de gaz plein
    Et je resent comme si il n'y a plus rien à faire
    Seulement me prouver au près de toi et nous continurons de courir

    Mais cette fois, c'est ce que je veux dire
    Je te ferais savoir juste combien tu compte pour moi
    Quand la neige tombe d'un ciel desert
    Jusqu'à la fin de tout
    J'essaye, j'essaye
    De te faire savoir combien tu compte
    Pendant que les jours se fanent, et que les nuits se développent
    Et que nous devenons froid

    Jusqu'à la fin, jusqu'a cette piscine de sang
    Jusqu'à ceci, je veux dire ceci, je veux dire ceci
    Jusqu'à la fin de...

    J'essaye, j'essaye
    De te faire savoir combien tu compte
    Pendant que les jours se fanent et que les nuits se développent
    Et que nous devenons froid

    Mais cette fois, nous leur montrerons
    Nous leur montrerons tous combien nous comptons
    Quand la neige tombe d'un ciel desert
    Jusqu'à la fin de...

    Tout ce que nous sommes, tout ce que nous sommes
    Ce sont des balles, c'est ce que je veux dire
    [x4]

    Pendant qu'une pluie fine, passera à travers nos fantomes
    Pour toujours, pour toujours
    Comme les épouvantails qui carburent cette flame que nous brulons
    Pour toujours, et à jamais
    Sache combien je veux te montrer que tu est le (la) seul(e)
    Comme un lit de roses, il y a des douzaines de raisons dans ce flingue

    Et quand nous tombons, et dans cette piscine de sang
    Et quand nous nous touchons les mains, et quand nous tombons
    Et dans cette piscine de sang, et quand nous tombons
    Je verait tes yeux, et dans cette piscine de sang
    Je recontrerait tes yeux, je veux dire ceci pour toujours

    1 commentaire